Category

actualités

Pourquoi s’intéresser au Crédit Impôt Recherche ?

By | actualités | No Comments

«Les petites opportunités font souvent les grandes entreprises » De manière quasiment divinatoire, c’est ainsi que Démosthène, le zélote grec, avait philosophé sur l’importance des ressources discrètes mais primordiales. Ainsi, d’une certaine manière, il avait prophétisé que l’innovation par la Recherche et le Développement (R&D) est une phase on ne peut plus crucial pour garantir la santé d’une entreprise. À ce titre, plus de deux mille ans plus tard, Gary Hamel en dira que « C’est la seule protection contre l’obsolescence. […] C’est l’unique stratégie pour être plus performant au sein d’une conjecture lugubre. » De ce paradigme très pragmatique sur l’importance de la bonne gestion de projets R&D, en découles une réalité implacable : la R&D est une stratégie indispensable pour une entreprise afin de ressortir parmi un marché concurrentiel, pour assurer son avenir. Il s’agit dans tous les cas, d’une marche en avant inexorable pour une entreprise, garantissant sa prospérité ou son échec.
« Je crois en l’innovation et la manière dont on obtient l’innovation est en subventionnant la recherche […] » Fervent défenseur des aides à l’innovation, Bill Gates, milite depuis des années afin que des synergies puissent s’établir entre les acteurs publics et les entreprises, dans l’optique de la mise en place d’incitations, notamment fiscale. Et les chiffres sont éloquents, grâce à la mise en place de ce crédit d’impôt, le système de recherche français se classe :

  • 4ième rang mondial pour l’émission de brevets
  • 7ième rang mondial pour la rédaction de publication scientifique
  • 6ième rang mondial des dépenses dans la R&D

Une fois remis en contexte, ces statistiques reflètent que la France accorde une forte importance au coût de la recherche dans l’innovation, malgré l’émergence de nombreux pays concurrents, soutenant leur propre effort de recherche national. Mais concrètement comment le CIR est-il applicable ?
Tout d’abord, l’objectif premier du Crédit Impôt Recherche est de supporter l’activité de R&D et encourager les investissements qui permettront de renforcer l’activité future des entreprises. En 36 ans, cette mesure aura été le phare de la recherche française à toutes ses étapes.
De manière succincte, une opération R&D pourrait se définir en quatre temps. D’abord, une part de veille, afin de répertorier les connaissances existantes, puis tester et valider les travaux. Et enfin produire les résultats de la recherche. C’est depuis de ce processus très séquencé, que le Crédit Impôt Recherche établit cinq critères à remplir pour être éligible :

  • NOUVEAUTÉ
  • CRÉATIVITÉ
  • INCERTITUDE
  • ÊTRE SYSTÉMATIQUE
  • ÊTRE TRANSFÉRABLE ET/OU REPRODUCTIBLE

De la conformité à ces cinq critères, en découle du remboursement total des dépenses de R&D. Donc, le maître-mot pour justifier l’activité R&D en cas de contrôle est : la traçabilité. Par exemple, la mise en place d’un suivi des temps passés par l’équipe de développement sur les différents projets de recherche ; ainsi qu’un suivi des travaux réalisés tout au long du cycle de vie des projets de R&D, est nécessairement à mettre en place, afin de pouvoir répondre aux besoins de respect des critères.
De fait, le CIR, apparaît être un excellent outil pour structurer sa démarche R&D. Car s’appuyant sur une méthodologie très stricte, la rédaction du dossier technique seconde la capitalisation des savoirs et facilite l’illustration de l’activité R&D.
« L’innovation n’est pas un flash de génie. C’est un travail difficile. Et ce travail devrait être organisé comme une activité régulière de chaque unité de l’entreprise, et ce, à chaque niveau du management ». C’est ainsi qu’expliquait Peter Drucker, théoricien du management, de l’importance d’une bonne organisation dans l’innovation. Bien entendu, conscient des problématiques soulevées tel que l’aspect rébarbatif et éminemment chronophage de la rédaction du dossier technique. Et l’innovation précède parfois la compréhension scientifique nécessaire à la conception des nouveaux produits et procédés, ce qui entraîne un rallongement du processus de structuration. Plus spécialement dans la phase de veille, où il est important d’avoir accès à une liste exhaustive de solutions déjà existantes.
Analogiquement, la construction d’un référentiel métier informatique spécifiquement conçues pour la R&D, afin d’aider à la gestion et la valorisation des données techniques par exemple, est toujours rare de nos jours. Et parce que ces services voient leurs connaissances évoluer par nature, ce qui requière une approche spécifique. Afin d’assurer une qualité optimale dans le service, il faut donc conjuguer la capitalisation des connaissances acquises, sans pour autant restreindre la créativité des ingénieurs.
C’est pourquoi la société Bassetti a développé TEEXMA®, un logiciel entièrement évolutif et configurable, capable de répondre pleinement aux besoins spécifiques de la recherche et du développement. Outre l’aide à la gestion de projets R&D (rédaction automatique de documentations, suivie des sous-traitants, capitalisation des connaissances acquises, traçabilité des actions réalisées…) TEEXMA® soutient l’effort d’amélioration continue et assiste à la traçabilité des actions R&D de A à Z. Notre méthodologie se base sur le renseignement au fil de l’eau des travaux effectués (donc, les heures passées pour la R&D) sur tout type de tâches. ,
Depuis les prémices du projet de Recherche jusqu’à l’exploitation des phases de tests, tous les outils sont fournis pour soutenir la structuration de la R&D, et en l’espèce, être éligible au Crédit Impôt Recherche. Pour plus d’informations : contactez-nous
Pour conclure, Hegel, le philosophe allemand, faisait remarquer que « Les idées qui bouleversent le monde marche à pas de colombes. » Et c’est, sans doute, grâce à cette vision que les innovations de demain se construisent par la R&D aujourd’hui, encouragé par le parrainage de l’Etat développant des mesures telles que le CIR.

La gestion de la sous traitance dans les laboratoires, comment ne pas perdre le fil ?

By | actualités | No Comments

Dans le cadre de sa mission de conduite de la demande d’essai, le laboratoire peut être amené à confier certaines opérations à des sous-traitants. Le plan de test propose un examen décentralisé du processus « classique » du laboratoire. Cela pour différentes raisons : techniques ou légales, indisponibilité d’une machine ou contrôle du résultat test par une technique différente. Dans tous les cas, l’action du sous-traitant se supplée à la mission du laboratoire afin de l’assister dans le cycle de vie de la demande d’essais, de sa genèse à l’édition du rapport d’essai finale
Dans ce contexte donc, il est possible de voir l’importance que peuvent revêtir les sous-traitants quand ils sont intégrés comme partis-prenants dans le processus du laboratoire. Cette gestion est cruciale, car le suivi de l’activité en externe rajoute une problématique au contexte actuel des laboratoires, à savoir comment gérer et suivre des demandes d’essais sous-traités, entre des acteurs interne et externe ?

Besoin d’avoir accès à la « full picture »

De la même façon que la traçabilité de l’information au fil de l’eau est un enjeu important dans le but d’améliorer le processus de test, le suivi des fournisseurs requiert une transparence des actions réalisées dans le cadre de son mandat. Sosthènes de La Rochefoucauld disait que « La confiance se mérite, et ne peut s’exiger. » et parce que les résultats apportés à la suite d’une demande d’essai revêtent un caractère critique pour le Bureau d’Études ou la Production qui en fait la demande, il n’est pas possible de laisser place à de l’improvisation pour gérer les envois en sous-traitance.
De manière plus spécifique, le laboratoire effectuant la demande d’essai a besoin de pouvoir avoir une vision d’ensemble tout au long de la réalisation, c’est pourquoi à l’instar de la gestion documentaire (Lire l’article : Le Bonheur du savoir ordonné), il nécessite la mise en commun des informations dans un référentiel centralisé. Grâce à cela, les acteurs impliqués peuvent consulter tout ou partie du plan de test et ainsi garantir la qualité et la traçabilité de l’essai, même chez les sous-traitants.

Capital immatériel, pierre angulaire de la compétitivité

C’est un véritable levier de compétitivité sur lequel il est possible de capitaliser afin d’optimiser son processus de gestion de demandes d’essais. Car, une gestion centralisée de tous les partis prenants du plan de test permet de générer des indicateurs de performance de suivi et de mettre en lumière les points de ralentissements, et éventuellement planifier une action corrective.
Ainsi, la mise en place de ces indicateurs permet de faire une évaluation de sous-traitants et grâce à l’intégration des informations sous-traitées dans le système d’information, les avantages sont multiples tels que faciliter les audits pour les certifications, gagner en productivité en retrouvant facilement les données d’essais et aider à leurs exploitations optimales dans leurs contextes propres.

En s’appuyant sur plus de 25 années d’expérience dans la gestion des données techniques à forte valeur ajoutée, la société BASSETTI propose son outil d’optimisation d’efficacité dans la gestion des demandes d’essais : TEEXMA® LIMS. Cette solution modulaire et paramétrable assiste le pilotage des laboratoires de la demande d’essai à la validation du rapport d’essai, afin d’assurer la valorisation des informations des laboratoires et aider à la prise de décision, en optimisant les ressources investies.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous inscrire à nos Webinar Jeudi du LIMS, tous les 4ièmes Jeudis du mois : S’inscrire à la prochaine session.

Pour plus d’information :

Le Management de la qualité intégré à la gestion documentaire LIMS

By | actualités | No Comments

Aujourd’hui, les enjeux de qualité sont au cœur des préoccupations de bon nombre d’entreprises. En effet, il est nécessaire de définir des objectifs qualité conformes à une stratégie donnée. Le but : satisfaire les clients et leur fournir des produits correspondant à leurs attentes. La qualité concerne le produit final, mais également les différentes étapes inhérentes au processus de fabrication. Le point de départ concerne les projets de R&D réalisés au sein de laboratoires internes ou externes à une entreprise. Les essais réalisés dans ces laboratoires produisent des données qui impacteront fortement la prise de décision à l’échelle d’une organisation.

C’est à ce niveau-là qu’intervient le progiciel TEEXMA® LIMS, développé par BASSETTI depuis plus de 25 ans. Il incarne un référentiel unique et central pour toutes les données expérimentales de laboratoires, permettant de capitaliser et de valoriser ces informations dans le temps. Pour encadrer ces activités, le logiciel peut également se positionner comme un référentiel qualité. En effet, TEEXMA® LIMS répertorie tous les documents qualité d’un laboratoire, afin d’assurer le respect des bonnes pratiques de la part des acteurs impliqués dans la réalisation d’essais et de rapports. Le logiciel va stocker, selon un modèle uniformisé, les documents normatifs pratiques (instructions de travail, procédures, manuels d’utilisation…) ainsi que tous les éléments nécessaires à la mise en place d’un System Management Quality (SMQ). Par exemple, TEEXMA® LIMS peut capitaliser tous les documents traitant de la norme ISO 17025, qui regroupe les exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages et d’essais dans un objectif de certification. Le logiciel participe également à l’identification de non-conformités et à la mise en place de plans d’actions adéquats.

Une gestion de documents qualité optimisée au sein d’un laboratoire permet de gagner un temps précieux dans la recherche d’information concernant une norme ou une procédure, et permet de garantir une qualité d’information au sein-même des documents, grâce à des mises à jour régulières, une gestion des droits à la modification et un processus défini de validation des changements.
L’accès à une information complète et fiable est un prérequis indispensable pour la pérennité d’un centre d’essais. Répondant aux enjeux de management de l’information au sein des laboratoires, TEEXMA® LIMS incarne une solution pour toutes vos problématiques de gestion de l’information.

GED – La Gestion documentaire LIMS – Le bonheur du savoir ordonné

By | actualités | No Comments

« Le désordre visible nous distrait de la vraie source du désordre. » Marie Kondō, chantre du rangement, largement empreint par la culture nippone, nous enseigne à ne conserver que l’essentiel et se débarrasser du superflu… Pourtant, dans un contexte de conservation de la mémoire, cette technique se heurte à un problème majeur ! Et particulièrement dans les entreprises développant des données à fortes valeurs ajoutées. La gestion des documents est primordiale afin de conserver la « mémoire de l’entreprise ». De l’enregistrement de la demande d’essais jusqu’à l’émission des résultats, il existe un besoin réel de rendre le travail collaboratif afin de valoriser les informations d’un document et permettre sa diffusion simplement. Dans une optique d’optimisation de temps et de coût, comment gagner du temps et assurer la traçabilité dans la recherche d’information ?

Une bonne gestion documentaire passe par la capacité à gérer les relations complexes entre les informations, de suivre des modifications, tout en respectant la qualité de la documentation. Afin de comprendre plus en détail les enjeux du cycle de vie d’un document, BASSETTI s’appuie sur ses 25 ans d’expérience dans le Management de l’Expertise Technique® pour fournir une solution de gestion documentaire, entre autres pour les documents qualité, les rapports d’essais, les certificats d’analyses, ou sert à la capitalisation des normes.
En cela, la mise en place d’un référentiel, unique et centralisé, de gestion documentaire permet l’harmonisation des pratiques au quotidien.

  • Tout d’abord, grâce à la mise en place de modèle type de documents afin de produire des documents de référence uniformes, et ce, quelle que soit l’entité émettrice. En créant automatiquement des documents conformes, les étapes fastidieuses de la capitalisation disparaissent pour laisser les collaborateurs se consacrer aux tâches à plus haute valeur ajoutée.
  • De plus, le risque d’erreur de saisie, due à une intervention humaine, est considérablement réduit, garantissant une meilleure fiabilité de la donnée.
  • Enfin, l’harmonisation est le mot-clé de l’organisation. En s’appuyant sur un format standard, il est simple de trouver les informations nécessaires, cela afin de suivre les procédures, notamment dans le cas de SOP visant à prévenir les risques d’une situation potentiellement à risque.

Or, TEEXMA® offre la possibilité de créer des templates simples et flexibles, capable de répondre à tous les besoins d’utilisations, assurant la traçabilité du cycle d’essai : de la réception de la demande jusqu’à l’édition du rapport d’essai.
Aussi, cette unité d’édition facilite grandement les étapes de capitalisation, de diffusion, bien sûr, et de valorisation des informations. Le gain de temps pour retrouver l’information est considérable, notamment grâce à des outils puissants de recherche. En outre, l’outil de gestion documentaire permet une extraction automatisée, paramétrable grâce à des filtres, qui assure la rapide reconstitution des documentations techniques.

Toujours est-il qu’il est nécessaire que le processus de création jusqu’à la valorisation du document s’opère en complète sécurité. Et cela est possible, notamment grâce au module de Worflow que propose TEEXMA®, permettant de suivre les processus de validation, et de distribuer l’information en prenant compte du niveau d’accréditation de ce profil. La distribution des droits d’accès est définie en amont, tout cela dans le but d’assurer la traçabilité et faciliter l’archivage des documents.

Donc, s’il faut retenir trois critères importants à la sauvegarde des données expérimentales : traçabilité, sécurité et harmonie.
Pour en savoir plus sur notre solution : http://www.bassetti-group.com/fr/teexma%C2%AE-plm/gestion-de-documents

Les bénéfices d’un interfaçage complet aux Systèmes Informations

By | actualités | No Comments

Nouvel enjeu de ces dernières années, l’interfaçage d’outil numérique à son environnement de travail s’est grandement complexifié, notamment dû à la multiplication des logiciels utilisés, au sein d’une entreprise. Word, Excel, Cloud, Base de données interne, et autres feuilles volantes… Comment assurer un bon interfaçage pour ne pas perdre en productivité, ni en intégrité ?

La solution simple : recourir à un progiciel de collaboration technique !

Prenant en compte les spécificités inhérentes à chaque environnement numérique de travail, l’interfaçage d’un logiciel métier à un logiciel informatique dans une entreprise peut paraître coûteux. Pourtant, le développement de connecteurs spécifiques permet une augmentation de l’efficacité entre les services.

Afin d’assurer une intégration optimale dans la galaxie informatique, un logiciel métier se doit d’être doté de langages standardisés et d’interfaces de programmation (tel que les API) par exemple, permettant de faciliter ces connexions.

En outre, ces progiciels sont de plus en plus utilisés en soutien des différents instruments de l’entreprise, il est donc important que la DSI puisse les interfacer facilement.

 

Et c’est en combinant cette approche d’interfaçage intelligent, grâce à ses connections aux logiciels déjà existants, que la solution TEEXMA®, remplie parfaitement cette dynamique. Le premier logiciel dédié à l’univers technique et scientifique permet de répondre facilement aux exigences de la DSI, notamment concernant les connecteurs compatibles. Ainsi, TEEXMA® LIMS, notre outil collaboratif dans le milieu laborantins, a su s’adapter à ces problématiques, et peut être connecté à l’ensemble des outils du paysage informatique, mais aussi à d’autres outils, tels que les machines d’essais. Assurant, dès lors, la constante synchronisation des données depuis une pluralité d’éléments.

BASSETTI s’installe aux USA

By | actualités | No Comments

Le groupe BASSETTI a ouvert sa nouvelle filiale à Denver, Colorado, USA.

La diversité de nos clients est une richesse et nous encourage à repousser les frontières. Dans cet effort, nous poursuivons notre développement à l’international en ouvrant de nouveaux locaux à Denver !

En se rapprochant de ses clients, BASSETTI offre un travail de proximité, au contact des enjeux locaux et globaux. L’ouverture de cette filiale permet d’augmenter la réactivité de nos équipes sur place, en complément de la filiale canadienne, déjà implantée depuis des années.

C’est donc dans cette optique que BASSETTI AMERICAS, nouvelle composante du groupe, ouvre sa filiale dans le Far-West américain. Cette création permet d’adresser d’une manière plus globale le territoire nord américain et poursuit un peu plus l’implantation de la société sur trois continents.

Normes Iso 17025 : Une conformité nécessaire !

By | actualités

L’ISO 17025, intitulé : « Les exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages et d’essais » à été mis à jour en 2017. Cette révision, de la version de 2005, prend en compte la mutation des technologies. Cette réactualisation intègre les évolutions techniques, du vocabulaire et des progrès informatiques. L’importance de la mise en conformité pour les laboratoires est de bénéficier d’un sigle international pour attester de la fiabilité de leurs résultats.
Élaborée par des experts en laboratoires du monde entier, la norme est mise à jour afin de mieux répondre au besoin des laboratoires qui l’utilisent. Le but premier d’une harmonisation de ces pratiques est, bien évidemment, de faciliter le commerce international. En effet, l’installation d’une norme homologuée et unique entre les laboratoires de différents pays du monde permet la reconnaissance des résultats d’essais ; sans avoir à reproduire le test d’un pays à l’autre.
Ainsi, quel que soit le type de laboratoires (universités, centre de recherche…) ou le type de structures (organismes de réglementation, organismes d’inspection, organismes de certification…) chacun des acteurs peut bénéficier d’un référentiel similaire.
Donc, quelles sont les principales modifications de la nouvelle norme ISO 17025 : 2017 ? Tout d’abord, un élargissement du domaine d’application, qui a présent, intègre toutes les activités de laboratoires.
Ensuite, l’approche processus de la norme tends vers la conformité et l’homogénéisation de toutes les règles ISO (9001, 17000, 15189…) afin que ce soit le processus de traitement en lui-même qui soit évalué plutôt que la description des tâches qui le composent. Et de la même manière, le raisonnement fondé sur le risque rapproche les différentes normes ISO sur les points communs entre eux.
En outre, l’évolution dans le traitement de l’information et sa distribution électroniquement, ISO 17025 consacre l’utilisation de systèmes informatiques et garantie le résultat des productions, ainsi que l’édition de rapport.

https://www.iso.org/files/live/sites/isoorg/files/store/fr/PUB100424_fr.pdf

Le différenciateur d’un module de recherche dans un progiciel de gestion de données d’essai

L’avantage de la mise en place d’un système de génération automatique de documents de résultats
•Mettre en forme la réponse à apporter au demandeur
•Intégrer au rapport les données d’essais et tous fichiers utiles (photo, graphique…)
•Transmettre automatiquement la réponse aux bonnes personnes (listes de diffusions et confidentialité)
•Alerter les demandeurs de la réponse
•Archiver les réponses passées afin de rechercher parmi l’historique du laboratoire

•Module d’extraction documentaire pour générer automatiquement les rapports aux format souhaité (Word, PDF, Excel…)
•Capitalisation et gestion des documents au sein d’une gestion électronique de documents intégrée
•Workflow flexible et module d’alertes et notifications (mails, tableau de bords) pour diffuser la réponse

La nécessité d’un interfaçage complet de logiciel de gestion de données d’essai

Rechercher, exploiter et valoriser les données d’essais

By | actualités

La gestion de tous les processus interdépendants, qui incombent à un laboratoire, est une tâche complexe qui nécessite de mettre en place des procédés et des outils adaptés en termes de gestion de données de laboratoire. Cela afin de pouvoir facilement exploiter et valoriser les données d’essais, par la mise en place d’indicateurs permettant de mesurer les résultats, mais aussi de planifier les ressources nécessaires à la réalisation de chaque essai. A fortiori, le système de gestion de données de laboratoires mise en place par l’entreprise, doit pouvoir suivre l’ensemble des processus, depuis la demande d’essai jusqu’à l’obtention des résultats.
De fait, ces données d’essais existent en nombre faramineux dans les laboratoires, et cela sans compter les processus de bonnes pratiques à suivre. Alors, ces montagnes de données sont très souvent éparpillées dans une myriade de documents différents. Se pose alors un problème de standardisation du format du document, afin d’assurer son accessibilité à tous ceux ayant besoin de l’accès.
Aussi, cette rétention des connaissances créer une forte dévaluation des missions des collaborateurs. D’après une enquête IDC, les travailleurs du savoir passent 44% de leur temps à chercher l’information pertinente dont ils ont besoin, sans la trouver. Remise à l’échelle de coût d’immobilisation de ressources, ce temps perdu est estimé, en moyenne, à $5 700 par personne, et par an.
Il apparaît donc clair que les missions à haute valeur ajoutée des experts ne sont que parasités par les demandes ou les recherches d’informations. Donc le partage de connaissances dans un réseau organisé, permet d’éviter le phénomène « d’amnésie des entreprises », cette conséquence immanquable suivant le départ d’un expert.
Aussi, la rentabilité d’une donnée d’essai est strictement proportionnelle aux nombres d’essais réalisés pour observer ce résultat. Le manque de partage de connaissances contraint bien souvent les entreprises à exécuter plusieurs fois un même test, sans savoir que la donnée est déjà connue par d’autres services.
En plus de ce manque de partage de connaissances, il est important pour un laboratoire de pouvoir pérenniser les bonnes pratiques à mettre en place. Une des solutions les plus courantes est en se basant sur des indicateurs opérationnels tels que le taux de planification, des ressources de réponses. Enfin, c’est aussi un plus qui permet d’intégrer les KPI des sous-traitants, qui servent à optimiser l’approvisionnement et la gestion des stocks, par exemple. Ces bonnes pratiques peuvent être évalués en suivant un workflow de validation : simple, rapide, formel et surtout efficace.

Willkommen in Bayern

By | actualités

Le groupe BASSETTI a ouvert son agence à Munich, en Allemagne.

Comme annoncé au début de l’année dernière, la diversité de nos clients est une richesse et nous encourage à repousser les frontières. Dans cet effort, nous poursuivons notre développement à l’international en ouvrant de nouveaux locaux à Munich !

En se rapprochant de ses clients, BASSETTI offre un travail de proximité, au contact des enjeux locaux et globaux. L’ouverture de cette agence permet d’augmenter la réactivité de nos équipes projets sur place.

Et sans compter s’arrêter en si bon chemin, le développement de l’entreprise se poursuit avec l’ouverture de futures agences, en Europe et en Amérique du Nord, afin de rester en contact avec le développement de nouvelles problématiques de nos clients, notamment, dans le domaine de la gestion des données de laboratoire.